Biography in French

Måns Zelmerlöw a orchestré un des moments les plus mémorables de l’histoire du Swedish Song Contest – Melodifestivalen – avec sa performance de Heroes. De toute évidence il fallait que la chanson et les voix soient à la hauteur, les précédents gagnants étant des artistes de ABBA à Loreen – mais le visuel spectaculaire a pris tout le monde par surprise. Plusieurs millions ont regardé quand Måns a chanté les premières lignes. Mais alors l’inattendu s’est produit: d’un claquement de doigts est apparu « Stick Man » (un homme de bâton), avec lequel il interagit pour le reste de la chanson. Ce qui a suivi était une succession de visuels époustouflants, il a enfilé des ailes de papillon virtuels et filée le monde sur son axe. Pas étonnant que cette chanson est arrivée directe en finale de la compétition. Le processus a commencé quand Måns collaboré avec le fondateur de Bounce Streetdance Company, Fredrik Rydman et l’illustrateur David Nordström pour travailler sur un spectacle qui a été basé sur la technologie de cartographie 3D. L’idée était que le Stick Man (nommé d’après son surnom d’ enfance MP) représenterait un jeune Måns, et il jouerait le rôle de son ami qui l’a aidé à travers les problèmes qu’il éprouvait. Måns passe ensuite près de deux mois à répéter pour s’assurer que chaque mouvement soit parfait. Måns avait participé à la compétition à deux reprises, le plus récemment en 2009. «J’ai réalisé que je voulais essayer de nouveau,” dit-il. “Heroes est très moderne, avec un très bon message et aussi très internationale. J’ai réalisé que nous devions faire un grand spectacle pour l’accompagner. Donc, j’ai parlé à Fredrik et David, qui sont les deux personnes les plus talentueux que je connais “. Heroes est l’aboutissement d’une longue période de réinvention pour le musicien. Né à Lund, il a grandi en écoutant Michael Jackson et Elton John, et embrassé la liberté de jouer de la guitare après s’être ennuyé à apprendre la piano. En s’approchant de l’adolescence, la musique fait partie de son identité: d’abord un peu d’un outsider, mais cela à vite changé quand sa bande remarqué que les filles un peu plus âgées appréciaient sa capacité vocale. Intégrer une école de musique était la prochaine étape logique, mais cela n’a pas fonctionné comme prévu. «Il y avait 200 personnes dans mon année qui étaient tout aussi talentueux que moi, ou peut-être plus encore “, se souvient-il. «Je pensais que ce que tout le monde me disait était vrai – que ça allait être très difficile et que je n’y arriverait pas”. À l’âge de dix-neuf ans, Måns n’avait pas projet pour son avenir. Son ami a insisté qu’il auditionne pour Idol, et sa reprise du « Hero » Enrique Iglesias a remporté le jury. «C’était ma première fois à Stockholm, et c’était tellement amusant de pouvoir fréquenter les clubs les plus cool. Je me suis plus concentré sur ces clubs que sur de la compétition, mais j’ai quand même fini cinquième malgré d’avoir souvent chanté assez mal. ” Cependant, après il était de nouveau perdu. Il déclina à plusieurs reprises les propositions à participer dans Lets Dance, et à seulement cédé après avoir découvert que l’émission serait basé sur le format de son équivalent américain. Måns et son partenaire de danse Maria Karlsson a remporté le concours, et il était tout à coup très demandé de nouveau: il a pris le rôle principal dans Grease et gagna bientôt un contrat d’enregistrement de disc, et à ce moment il a commencé à écrire des chansons. Sa carrière solo a été lancé avec sa première tentative de gagner Melodifestivalen en 2007. Même terminant troisième, son Cara Mia était en tête des charts et a été bientôt suivi par son premier album Stand By For … Après une longue Tournée, et une pause dans laquelle il rejoint le casting de Footloose, son deuxième album MZW est sorti en 2009, avec « Hope & Glory » très proche de la victoire à Melodifestivalen. “Mon premier album était plus dans le style de Cara Mia, et ma seconde était censé être plus décontracté et plus adulte », explique t-il en ce qui concerne la maturité croissante de son écriture. “Mais deux cries crise d’identité! J’écrivais tout ce que je ressentais, en espérant que tout cela avait sens “. Måns s’est ensuite concentré sur son travail en tant que présentateur de télévision. Comme il le reconnaît, «J’ai essayé d’être plus une célébrité qu’un artiste, mais ce n’est pas moi du tout. “La musique l’a finalement appelé une fois de plus, probablement parce qu’il n’était pas sous quelconque pression pour sortir des disques. Il se dirigea vers l’Espagne avec quelques amis pour enregistrer son album Barcelona Sessions en 2014 qui reflétait son appréciation des sons de Coldplay et Bryan Adams. “C’est un album qui n’a pas été écrit pour faire des hits,”dit-il commence avec une fierté évidente. “C’était juste pour faire de la musique que nous voulions écouter et écrire des paroles qui reflètent mes sentiments et expériences au fil des ans “. C’était un risque: certains fans préféreront toujours le vieux Måns («Ramenez-nous le garçon joyeux,”dit-il en rigolant), mais finalement, avec ça, il a élargi son public. Maintenant il rencontre aussi des fans qui ont son âge ou plus vieux. Sa tournée à, grâce à ça, gagné d’autres récompenses: “Sur mes tournées précédentes, je n’arrêtais pas de danser et ça n’impressionnait plus personne. Mais maintenant, quand je me tiens là simplement de chanter et de jouer de la guitare, les gens disent, oh mon dieu, il sait chanter. ” Et pourtant, ce désir caché pour un grand show est revenue, l’incitant à retravailler son approche. Heroes est un exemple de ce qu’il espère atteindre avec son prochain album qui sortira plus tard cette année – un mélange de musique acoustique de Barcelona Sessions, avec l’influence électronique de Héros et une touche de la personnalité qui l’a aidé d’avoir tant de succès en premier lieu. «J’ai toujours été un fan des deux, mais Eurovision est comme le Super Bowl de la musique. “Tout aussi important, une telle victoire lui permettrait de réaliser son rêve d’une tournée en Europe avec son groupe. “Ce est un but …”, conclut-il, en réfléchissant… “En fait, c’est le seul but! ” Et c’est un rêve qui est très prêt de devenir réalité.